Père Daniel ROUSSIERE

Je viens moi aussi « d'ailleurs » !
J'ai eu la chance ‐ pardon la grâce ! de naître au sein d'une famille toute simple de 6 enfants : famille chrétienne dans une Vendée à l'époque très chrétienne où les vocations étaient très nombreuses et poussaient tous les kilomètres !

Rentré au petit séminaire dès l'âge de 11 ans, j'ai suivi ensuite un parcours classique mais avec une formation ouverte sur le monde et la société grâce notamment à diverses expériences de travail : saisons en usine, sur un marché, à la SNCF ainsi que deux ans comme professeur de collège. Le dynamisme apostolique de mouvements comme l'A.C.E, la JOC, l'ACO et des aumôniers engagés m'ont donné envie non seulement de devenir prêtre mais d'être prêtre « au coeur des masses ».

Ordonné en 1980, je suis devenu prêtre diocésain du PRADO et ai été envoyé pendant 11 ans en Haïti pour me mettre au service d'une Eglise pleine d'ardeur, de courage et de dynamisme ; Eglise joyeuse et engagée dans la lutte pour la démocratie : dans la grande ville des Gonaïves (plus de 100 000 habitants), sous la dictature militaire, l'heure n'était pas à l'ennui : accompagnement des communautés de base dans les multiples quartiers des bidonvilles, coordination de la Commission Justice et Paix du diocèse et défense des nombreuses victimes de la répression militaire, travail avec les médias, aumônerie de la JOC, accompagnement des enfants de la rue, coordination de la pastorale des groupes vocationnels pour le diocèse, parmi lesquels se trouvait un certain Mackenzi Célestin...

De retour en France, après 3 ans en Vendée, me voilà «prêté» au diocèse de Saint Denis : je viens d'achever 9 ans sur les villes de Stains/Pierrefitte.
Comme responsable du secteur avec une équipe pastorale très chaleureuse, nous nous sommes efforcés de travailler pour que les jeunes, les « migrants » et les catéchumènes (futurs baptisés) trouvent toute leur place dans les paroisses et nous avions la joie l'an dernier de pouvoir compter sur 6 équipes de jeunes en JOC.

Mes impressions et Priorités : Je ne pensais pas particulièrement venir un jour jusque sur les « hauteurs » de Clichy sous Bois. Mais suite à l'appel de notre Evêque, je viens donc à nouveau de migrer pour
être d'abord tout simplement un frère jour après jour au milieu de cette ville sympathique, riche en courage, talents et énergie.
Doucement et humblement, j'essaie de me mettre «à l'école» de cette ville : ville jeune et de migrants où nous avons beaucoup à apprendre et à recevoir chaque jour, en allant à la découvert e des gens, des associations et organisations qui se battent pour plus de justice sociale et économique.

«Si tu sais que tu ne sais pas, alors tu sauras», disait quelqu'un !

Dans ma lettre de mission, notre évêque m'indique les priorités de mon travail de prêtre : «Vous poursuivrez le travail engagé pour que l'Eglise puisse s'enrichir de la diversité des personnes de différentes cultures et que des migrants puissent prendre toute leur place, avec ce que cela demande comme qualité d'accueil et de formation. Vous soutiendrez la MISSION OUVRIERE, donnant notamment aux jeunes la chance de faire l'expérience d'une vie en mouvement avec l'ACE ou la JOC. Vous aiderez les chrétiens à porter attention à la vie locale et à y participer.»

Je me réjouis de voir ici des catéchistes motivés, des religieuses au plus près de la vie, des jeunes heureux de découvrir le bonheur qu'il y a à croire et à agir pour que la ville et la société change.
Sans arrogance ni raidissement identitaire, sans naïveté et avec réalisme, au milieu du concert des diverses religions et aussi de l'incroyance, avec joie,

"Marchons la Vie", "Marchons la Joie" !

Père Daniel ROUSSIERE
(Bonne's Nouvelle's n° 16 novembre 2011)