L'AUJOURD'HUI DU PELERINAGE...

Une ferveur toujours intacte....

TEMOIGNAGE D'UNE BLOGEUSE SUR LE PELERINAGE 2007 !

" Hé oui … c'est possible. Moi aussi j'ai eu du mal à y croire.
C'est trop délire de voir tous ces pèlerins en Seine Saint Denis : il en vient de partout à travers les rues de toutes les villes. Il est vrai qu'on a plutôt l'habitude de faire des pèlerinages à la campagne et dans le calme mais là ça donne une toute autre ambiance et dimension.

Le lieu de convergence était Notre Dame des Anges à Clichy sous Bois. Oui, oui, là où on commençait les émeutes en 2005.
Naturellement il faut un peu s'attendre à être au pied des HLM, mais là où se trouvait Notre Dame des Anges, il y avait une petite forêt très mignonne....

En fait, j'y ai vécu un beau moment de joie et de prières ! "

Un pèlerinage qui conserve son aspect " bon enfant et populaire."

UN ARTICLE DU PARISIEN du 13 septembre 2008...

" Des centaines de catholiques convergeront demain matin vers la chapelle Notre-Dame-des-Anges de Clichy-sous-Bois à l'occasion du traditionnel pèlerinage diocésain, qui coïncide cette année avec la venue du pape.
On attend ainsi beaucoup de jeunes qui, dans la foulée de la grande veillée sur le parvis de Notre-Dame, se préparent à partir demain matin des Pavillons-sous-Bois.
A partir de 10 h 30, des groupes prendront le chemin de la chapelle, entrecoupé de haltes où seront lus des messages de Benoît XVI.

Peu de gens le savent, mais le modeste édifice rose coiffé d'une coupole et d'un clocher, situé juste à côté de la cité du Chêne-Pointu, est l'un des deux plus anciens lieux de pèlerinage en France. "

JOURNAL Bondy-Blog du 15 septembre 2008 : De Bondy à Clichy sous Bois : des catholiques en marche!

Mathy, une jeune fille de Bondy, décide de faire un reportage sur le pèlerinage de " Notre Dame des Anges."
Il est intéressant de prêter attention à son reportage, qui nous donne le ressenti d'un observateur, jeune et neutre, sur le déroulement et l'ambiance de l'aujourd'hui de ce pèlerinage qui se compose d'alternance de marches recueillies, de prières, de chants, de partage , de témoignages, et qui s'achève par une messe pleine de joie et de ferveur.

"A ma descente du bus, à deux pas de la Mairie de Bondy, sur le trottoir d'en face un attroupement d'une quinzaine de personnes devant une boutique fermée. En ce dimanche matin, ce ne pouvait être qu'un groupe de pèlerins : uniquement des femmes, à l'exception de l'homme qui les guidait, tel un pasteur avec sa canne. Quatre d'entre elles ont revêtu la tenue de religieuse. Je me décide à les rejoindre, ou plutôt, on me tend le carnet de pèlerinage pour que je puisse suivre.

La marche reprend son cours.
Nous passons devant un arrêt de bus étrangement rempli pour un dimanche de bonne heure. Les dix personnes qui attendent le 105 se retournent, intriguées par les « Je vous salue Marie » à répétition.
Cela n'a pas l'air de préoccuper les pèlerins qui attendent le feu rouge pour traverser. « Vous êtes adventistes ? », m'interroge une souriante dame blonde d'une cinquantaine d'années sortie de nulle part. Plusieurs « non ! » retentissent. « Nous sommes catholiques », ajoute fièrement une femme antillaise du groupe. « Ah d'accord », répond la passante d'un air complice avant de reprendre son chemin dans le sens opposé.
Je prends congé de ce groupe afin de rejoindre le groupe des jeunes de 18-30 ans qui s'est donné rendez-vous aux Pavillons-sous-Bois....

En route vers Le Raincy, sur la grande place de l'Eglise, des petits groupes assis en cercle se sont formés. C'est l'une des trois haltes du parcours, et ici est lu un discours prononcé par le pape lors des Journées mondiales de la jeunesse à Sydney en juillet dernier, événement auquel un bon nombre de jeunes présents ont participé.
Moment de silence. Chacun est appelé à méditer la lecture...
Deux prières, le « Notre Père » et « Je vous salue Marie » marquent la fin de chaque halte.

Direction Clichy pour la troisième et dernière halte, tout près du parc départemental.
La lecture aborde la question de la société qui change mais est aussi un appel aux jeunes à devenir « témoin du Christ » : « Ça donne envie d'agir, réagit une fille du groupe. On est une génération qui se doit de se faire porte-parole du Christ. » ...
Le reste du groupe demeure assez silencieux. La fin est proche et c'est l'heure du repas.
On entonne un chant pour se donner du courage, mais les cordes vocales se fatiguent au bout d'un refrain.

Tous les pèlerins arrivent enfin à Notre-Dame des Anges.

Derrière la chapelle, trois grandes croix en bois rappellent l'origine du pèlerinage. Tandis que certains finissent leur pique-nique, d'autres s'adonnent à une petite sieste digestive sur l'herbe.

L'après-midi consacré aux témoignages des jeunes sur leur engagement sera clôturé par une messe animée par les jeunes artistes de l'association Evangelis.

« Ce pèlerinage est une occasion pour tous les chrétiens du diocèse de se retrouver en début d'année, conclut le père Daniel Pizivin, vicaire général, dont la fonction est de seconder l'évêque dans ses responsabilités.
Souvent les chrétiens se sentent isolés dans les villes où ils sont, donc ils ont besoin de temps fort pour se dire qu'ils ne sont pas tout seuls. »

Je l'interroge sur le fait qu'il y ait de moins en moins de catholiques qui se déclarent pratiquants. « Dans ce département, je ne suis pas sûr qu'il y ait moins de chrétiens, car la population a beaucoup évolué et vient de partout dans le monde.
Je crois plutôt qu'il y a un certain nombre de lieux où les chrétiens sont plus nombreux qu'il y a 20 ans mais avec un mélange culturel très fort. »